Diapositive1


Pour un changement de société

Daniel RENARD


Les luttes se développent, sous leurs formes propres. Des magistrats et avocats aux chauffeurs de taxi, des fonctionnaires aux étudiants, des employés de la grande distribution aux travailleurs qui s'opposent à la fermeture de leurs entreprises, la résistance sociale s'affirme. Certes, le pouvoir mène, à grand renfort des radios et des chaînes de télévision, une offensive idéologique manipulatrice et mensongère. Il nous revient de rétablir les faits, par exemple sur le discours que les caisses de l'État seraient vides.

Il est vrai, qu'aujourd'hui, d'importantes revendications se posent dans le contexte de l'Europe. La mondialisation, l'Europe sont désormais des terrains de lutte pour les forces progressistes. Malgré le vote de forfaiture du Congrès de Versailles, le combat pour une Europe démocratique et sociale continue.

Alors que les luttes grandissent et que le président de la République chute dans les sondages, pour vaincre cette politique de régression sociale et démocratique, il est plus nécessaire que jamais que se constitue un front citoyen et populaire, rassemblant toutes les forces de progrès, de justice sociale, de démocratie, de transformation profonde de la société.

Dans cette situation, les communistes ont d'éminentes responsabilités. Ils s'efforcent de contribuer à la construction de cette perspective politique. C'est ainsi qu'à l'occasion des élections municipales, le PCF a fait les plus grands efforts pour rassembler la gauche dans toutes les villes du pays. Il est dommageable que cette volonté ait été trop souvent entravée par des entreprises de division.

D'ici le congrès fin 2008, les communistes vont travailler à un projet qui, tout à la fois, fasse la clarté sur les causes de la situation actuelle (l'argent pour l'argent) et exprime clairement la nature de la société que nous proposons de construire avec les gens. Un projet porteur d'avenir, ouvrant les chemins de l'émancipation pour tous, un projet donc qui mobilise l'espérance. Les révolutions ne se font pas par en haut. Elles supposent l'engagement conscient des couches populaires, avec une claire appropriation des objectifs poursuivis. Notre volonté est, de façon étroitement liée, de faire vivre le communisme du vingt-et-unième siècle et de contribuer au rassemblement dans l'action de tous ceux qui aspirent au monde nouveau que le niveau de civilisation atteint par l'humanité permet.

Daniel Renard

Papa_et_roses_rouges

- écho de l'activité des amicales

- une visée émancipatrice (bulletin n° 43, octobre 2007)






bulletin de l'Amicale des vétérans
numéro 44 - février 2008

- retour à l'accueil