Diapositive1

 

Hommage à François Billoux

  

à la Fédération du PCF des Bouches-du-Rhône
280, rue de Lyon - 13015 Marseille

Vendredi 25 janvier 2008 à 17 h

 

Il y a 30 ans disparaissait notre camarade François Billoux, grand dirigeant du Parti Communiste Français, Député et Conseiller municipal de Marseille, qui nous laisse le souvenir d’un militant infatigable, entièrement dévoué à l’intérêt général.

Afin de lui rendre l’hommage qu’il mérite, nous nous réunirons en présence de sa fille, Hélène Brun, dirigeante de la Fédération du PCF de l’Yonne et conseillère régionale de Bourgogne pour la pose d’une plaque commémorative dans la salle de l’Exécutif départemental.

La Fédération PCF des Bouches-du-Rhône, son amicale des vétérans, rendront un solennel hommage à François Billoux, grande figure du PCF, qui fût de 1936 à 1978, député des Bouches-du-Rhône, dirigeant national du Parti, ministre du général De Gaulle de 1944 à 1947.

À la suite de l’hommage que Jean Marc Coppola, secrétaire départemental, membre de l’Exécutif national du PCF, lui rendra, la salle de l’Exécutif des locaux de la fédération sera baptisée «Salle François Billoux».

Cette manifestation est ouverte à tous ceux qui ont apprécié sa longue fidélité au monde du travail, de la démocratie et de la paix.

Fédération des Bouches-du-Rhône du PCF, 2008

 

_________________________________________________

 

Fran_ois_Billoux

 

Trente ans après sa disparition, l'hommage du PCF

à François Billoux :

la lutte, un éternel recommencement

 

Rue de Lyon, ses faubourgs ouvriers, ses petits cafés, sa sucrière où Saint-Louis n’a pas toujours rendu la justice aux hommes et femmes, et puis ce bâtiment, le siège du parti communiste.

C’est là qu’hier soir plusieurs générations de militants progressistes sont venues, parfois en famille, rendre hommage à la mémoire de François Billoux, le militant, le résistant, le ministre, le député, et pour beaucoup le visionnaire. Le temps présent ne saurait leur donner tort bien longtemps.

Dans l’assemblée, la convivialité se tisse autour des conversations. La manif de la veille, les municipales de demain et cette victoire sur la droite qu’on sent à portée de main. Les conversations s’en nourrissent, parées d’une dignité comme inscrite dans les briques des murs alentour.

Tous sont venus pour honorer l’un des leurs, disparu un triste 14 janvier de 1978. Mais l’homme avait sans doute déjà fait son ouvrage et rendu son établi propre.

Pour la fédération des Bouches-du-Rhône du PCF, Jean–Marc Coppola retrace le parcours politique d’un homme. Parfois, deux ou trois citations suffisent à brosser l’étoffe et le partage offerts comme un présent : «Nous avons été arrêtés parce que nous étions communistes, nous sommes restés communistes.» «Nous luttons pour le pain, la liberté et la paix.»

Aux côtés d’Hélène, la fille de François Billoux, qui dira toute sa fierté filiale de n’avoir jamais vu son père, «ce camarade qui avait beaucoup de responsabilités», manquer une seule réunion de cellule avec les marins de Marseille, Jean-Marc égrènera ces jalons qui font des sillons. Battre Gaudin ? Il a renvoyé Sabiani à ses infamies fascistes. Lutter pour la paix ? Il a combattu la guerre. Avoir du courage ? Le courage n’est inaccessible à quiconque reconnaît son chemin.

«Ils partirent en bagnards, sous les bravos des cheminots de Saint-Charles, et revinrent en ministres», lance-t-il avant de rappeler à tout un chacun l’urgence des menaces de notre temps. «Le Medef, le gouvernement disent qu’il faut en finir avec les acquis de la Libération et ils font injure à l’apport des communistes, au conseil national de la Résistance qui apparaît comme un socle insupportable à Sarkozy.»

Dans une salle du siège de la fédération, une plaque est inaugurée à la mémoire de François Billoux, «l’international, le national, le Marseillais», en présence de Frédéric Dutoit et d’Alain Hayot, deux héritiers du «parti des fusillés». La Marseillaise, pour sa part, était représentée par Paul Biaggini, directeur général de notre titre. Aux vivants à présent d’écrire leur propre page car la lutte est un éternel recommencement.

Jeff Sicurani
La Marseillaise, le 26 janvier 2008

 

_________________________________________________

 

 

Billoux et PRINCE BERTIL DE SUEDE ET BILLOUX, MINISTRE RECONSTRUCTION
François Billoux et le prince Bertil de Suède, Nord Matin, 16 mars 1946 (source)

 

Billoux au Havre 31 mars 1946
François Billoux au Havre, avec le maire Pierre Courant, le 31 mars 1946 (source)

 

François Billoux 1947
François Billoux et le camarade Nentcheef à la fête de section d'Istres en 1947
(source : blog de Nicolas Maury)

 

François Billoux 1951
François Billoux, 1951

 

François Billoux Ina (3)
François Billoux (source Ina)

 

Billoux Ina
François Billoux, années 1970 (source Ina)

 

 

François Billoux Ina (2)
François Billoux, L'Humanité, 1978 (source Ina)

 

 

_________________________________________________

- François Billoux, 1903-1978
- Quand nous étions ministres, éditions Sociales, 1972

 

quand_nous__tions_ministres

 

- retour à l'accueil